Vous êtes ici : Les dossiers d'économiquement.fr > Economie > Le capitalisme : quelle définition, quel modèle ?

Le capitalisme : quelle définition, quel modèle ?

Le capitalisme : quelle définition, quel modèle ?

Le capitalisme est un terme qui désigne une forme de système de production basé sur l’entreprise privée et la liberté de marché. Il s’agit aussi d’un type d’organisation sociale. L’entreprise est au cœur du capitalisme, système qui a pris des formes différentes au fil des derniers siècles.

Les principes du capitalisme

Comme système de production, le capitalisme se définit grâce à plusieurs éléments : les moyens de production qui reposent sur la propriété privée, la séparation entre le capital et le travail, la division du travail, un marché qui régule l’activité économique, et la recherche de profit.

La propriété privée des moyens de production

Le capitalisme est un système qui se caractérise principalement par la propriété privée des moyens de production, c’est-à-dire tous les moyens qui permettent de créer des biens et services nécessaires à la population, comme des machines, des outils, des terres, des bâtiments, etc. Un droit de propriété d’ailleurs institué par l’article 17 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen.

Le capitalisme induit donc deux types d’acteurs économiques séparés : ceux qui vendent leur force de travail aux entreprises (les salariés) et ceux propriétaires des moyens de production qui achètent cette force de travail. De fait, ce système de production implique un rapport contractuel entre ces deux acteurs, sous forme d’un rapport salarial.

Une division du travail accentuée

Dans une société capitaliste, l’organisation de la production économique est répartie entre une multitude d’acteurs. On parle alors d’éclatement du processus de production dans le but d’augmenter la productivité, c’est-à-dire l’efficacité de chaque employé.

Cette division du travail est illustrée notamment par ce que l’on appelle le « taylorisme », une organisation scientifique du travail imaginée par Frederick Winslow Taylor au début du 20e siècle aux États-Unis, qui prône l’utilisation maximale de machines et d’outils pour réduire tous les gestes inutiles des travailleurs. Une organisation mise en place notamment par l’industriel Henry Ford dans ses usines américaines de fabrication de voitures bien connues, sous le terme de « travail à la chaîne ».

La division du travail prônée par le capitalisme a permis l’apparition d’un système de production spécifique et la consommation de masse.

Un marché qui régule l’activité économique

On désigne par « marché » un périmètre où se rencontrent l’offre de production et la demande des consommateurs. Il peut être de différentes dimensions, local, national ou international.

Selon les principes du capitalisme, le marché, qui satisfait d’un côté la recherche de profit des acteurs qui produisent et, de l’autre, les besoins des consommateurs, permet seul la régulation de l’activité économique. Un marché où règne la concurrence.

La recherche du profit

Le profit est au cœur du capitalisme. Ce système distingue en effet deux sortes de revenus : le salaire qui représente le revenu issu du travail, et le revenu de celui qui possède les moyens de production constitué par le profit.

Le profit désigne le produits des ventes d’une entreprise une fois les charges liées à la production (salaires des employés, matières premières, machines, impôts, etc.) déduites. Ce profit revient à l’entrepreneur. Plus ce dernier est dynamique, plus il innove, plus le profit qu’il peut retirer de son activité est important.

Le profit peut aussi prendre la forme d’une rente pour les propriétaires fonciers.

Le capitalisme dans l’histoire

Les origines du capitalisme remontent à très loin. Dès le Moyen Âge, on parle déjà de capitalisme commercial avec la création de marchés, de foires, et l’apparition des banquiers.

Dans le courant du 19e siècle apparaît le capitalisme industriel avec l’avènement des progrès techniques, en particulier utilisés dans les systèmes de production, qui ont pour conséquences la création d’entreprises performantes et l’emploi en masse de travailleurs. À cette époque, c’est la Grande-Bretagne, en particulier dans son industrie textile et avec la création de la machine à vapeur dans les transports ferroviaires, que le système capitaliste s’illustre par un changement radical du fonctionnement des moyens de production.

L’entreprise moderne apparaît avec à sa tête des entrepreneurs capables de réunir les conditions nécessaires à toujours plus de production et de productivité grâce à la concentration d’ouvriers dans un même lieu de travail. La concurrence et l’extension des marchés sont à l’œuvre.

Au 20e siècle, et plus particulièrement après la Seconde Guerre mondiale, le capitalisme est d’actualité dans une grande partie des pays occidentaux. Toutefois, il change de forme notamment en raison de la hausse des coûts des machines, des équipements, etc., et du nombre croissant de consommateurs à satisfaire.

De plus en plus de gros capitaux sont nécessaires et les entreprises se regroupent pour, certaines d’entre elles, donner naissance à des empires notamment industriels. Le capitalisme financier, caractérisé par l’avènement des actionnaires apparaît alors.

 
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : hmC3kY

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Autres dossiers

  • Produit Intérieur Brut (PIB) : définition Produit Intérieur Brut (PIB) : définition Le Produit Intérieur Brut (BIP) est un indicateur national qui permet de mesurer l’activité économique d’un pays. Il prend en compte les richesses produites par le système productif marchand...
  • Qu'est-ce qu'une banque ? Quelles obligations ? Qu'est-ce qu'une banque ? Quelles obligations ? Elles font partie intégrante de notre quotidien, et pourtant, que sait-on réellement des banques ? Ces établissements financiers au vaste champ de services en matière financière sont en train de...